Les activités commerciales de Météo-France ont vocation à répondre aux attentes en prestations météorologiques et climatologiques des grands secteurs de l’économie, sur un marché concurrentiel organisé en deux grands domaines, le Grand Public et le secteur Professionnel.

L'enneigement en montagne durant l'hiver 2012-2013


Caractéristiques principales

L’enneigement au cours de l’hiver 2012-2013 sur tous les massifs a été remarquable, avec des quantités de neige supérieures aux normales durant une grande partie de la saison, et des records dans les Pyrénées. Des chutes de neige abondantes et fréquentes entre janvier et mi-février rendent l’enneigement exceptionnel sur les deux tiers Ouest des Pyrénées, à un niveau jamais vu depuis 40 ans. Sur les Alpes du Nord, comme sur la majeure partie des Alpes du Sud, le manteau neigeux se constitue rapidement début décembre dès la moyenne altitude et reste nettement au-dessus des normales tout l’hiver. Sur les massifs les plus méridionaux, l’enneigement est excédentaire à partir de mi-janvier. En Corse, l’épaisseur de neige devient supérieure aux normales à partir de février. Dans les massifs de moyenne montagne, l’enneigement constitué précocement début décembre résiste plutôt bien aux redoux : il reste présent tout l’hiver au-dessus de 1000 m dans le Jura et les Vosges et au-dessus de 1300 m dans le Massif-Central.

Pendant les vacances scolaires d’hiver, tous les massifs français sont particulièrement bien enneigés. Puis la fonte printanière s’installe progressivement à partir de mars, avec quelques périodes de redoux pluvieux et une période chaude en avril. Des refroidissements et des chutes de neige successifs jusqu’en mai ralentissent toutefois la fonte. Fin mai, l’enneigement est encore abondant en altitude sur tous les massifs, souvent dès 1800 à 2000 m.

L'enneigement par massif

Les Alpes du Nord

Un enneigement globalement correct ...


Cet hiver se classe parmi les plus enneigés depuis 30 ans sur l’ensemble des Alpes du Nord, avec des records en Isère. Les épaisseurs de neige ont nettement dépassé les normales tout au long de la saison, surtout sur les massifs les plus au Nord et à l’Ouest.

Quelques chutes de neige se produisent en octobre et novembre : le manteau neigeux se constitue surtout au dessus de 2700 m puis à partir du 27 novembre à toutes altitudes. L’enneigement croît ensuite très rapidement. Très excédentaire en décembre dès la moyenne altitude sous l’effet de chutes de neige abondantes (plus de 2 fois la normale), il devient remarquable fin janvier, le meilleur depuis l’hiver 1983-84.

L’enneigement reste excédentaire en février avec une première moitié de mois encore neigeux et froid. Les conditions sont exceptionnelles durant la seconde quinzaine pour les vacances scolaires : le beau temps domine et tous les fonds de vallée sont bien enneigés, la neige est de qualité et stable.

Le temps perturbé et plus doux de mars affecte peu l’enneigement. Entre 1300 et 2200 m, on atteint encore 2 à 3 fois les normales suivant les massifs. Ces manteaux neigeux très épais sont encore majoritairement de type hivernal lors du brusque redoux qui survient entre le 13 et 18 avril. Leur humidification rapide provoque alors de nombreuses avalanches de fonte.

De nouvelles chutes de neige fin avril puis un temps froid et maussade en mai retardent la fonte. Fin mai, l’enneigement demeure très abondant, y compris en dessous de 2000 m dans la plupart des massifs.



Les Apes du Sud

...des chutes de neige généralement plus marquées que dans les alpes du Nord...


En novembre, l’enneigement se constitue progressivement dans les massifs du Nord en altitude puis la neige gagne les massifs les plus Sud en fin de mois.

Au cœur de l’hiver, l’enneigement devient excédentaire : courant décembre, il se constitue plus rapidement sur les massifs du nord en devenant supérieur aux normales à toutes altitudes tandis qu’il est plus faible mais conforme aux normales sur les massifs du sud. Les chutes de neige de janvier et février sont un peu faibles, se prolongeant souvent par des retours d’est qui apportent plus de neige sur le Mercantour. Les hauteurs de neige progressent lentement mais restent au-dessus des normales, la neige est bien préservée par les températures froides de février (souvent 3°C en dessous des normales).

De mars à mi-avril, les conditions restent hivernales. L’enneigement continue de croître et devient alors très excédentaire, proche des valeurs maximales depuis 30 ans vers 2000 m.

Le redoux entre le 13 et 18 avril humidifie de manière rapide la neige en profondeur et occasionne des nombreuses avalanches de fonte. Mais deux nouveaux épisodes neigeux viennent ensuite accroître le manteau en altitude.

Fin mai, après un mois frais et perturbé, l’enneigement demeure nettement supérieur aux normales en altitude. On trouve de la neige dès 2000 à 2200 m en versant Nord et même 1800 m dans le Pelvoux

Les Pyrénées

Un manteau neigeux abondant et prometteur ...

Les premières chutes du 26 novembre ouvrent la saison. Après un début décembre temporairement excédentaire, l’enneigement redevient déficitaire à toutes altitudes jusqu’au 10 janvier.

Avec les chutes de neige quasi quotidiennes survenues du 13 janvier au 14 février, l’enneigement atteint des records sur les deux tiers Ouest de la chaîne. Depuis le début des années 60, il n’était jamais tombé autant de précipitations sur la période (2 à 2,5 fois la moyenne des précipitations hivernales décembre-février sur la plupart des massifs). La neige tombe le plus souvent à très basse altitude mais plusieurs redoux pluvieux (temporairement au-dessus de 2000 m) viennent s’intercaler. L’enneigement bat des records depuis 40 ans, les hauteurs de neige atteignent en moyenne 2 m à 1500 m (4 fois la moyenne), 3 m à 1800 m et plus de 4 m à 2500 m. Sur les Pyrénées Orientales, l’enneigement est excédentaire mais les épaisseurs de neige plus faibles. Pendant cette période, de très nombreuses avalanches se sont produites.

Puis jusqu’à début avril, le temps perturbé et les chutes de neige maintiennent un enneigement exceptionnel sur la majeure partie de la chaîne. Jusqu’au 18 avril, des conditions printanières s’installent : la neige se tasse, s’humidifie et fond à toutes altitudes. Puis jusqu’à la mi-mai, la fonte est plus limitée, la limite de la neige remonte peu à peu au-dessus de 1800 m. La neige revient le 16 mai à moins de 1000 m. Enfin, entre le 29 et le 31 mai, il tombe entre 50 et 80 cm de neige au-dessus de 2000 m et la neige tombe au plus bas à 1500 m. C’est la chute de neige la plus tardive de cette importance des 20 dernières années au moins. Sur la majeure partie Ouest de la chaîne, les hauteurs de neige atteignent encore en altitude des valeurs record pour la période (fin mai) sur les 30 dernières années.

La Corse

Encore une saison bien enneigée en Corse ...

Les premières chutes de neige surviennent précocement fin octobre. Malgré des épisodes neigeux de novembre à janvier, l’enneigement est fin janvier encore irrégulier et surtout présent sur les versants Nord. On peut toutefois chausser les skis au dessus de 1200 m et à 1600 m l’épaisseur totale de neige varie de 60 cm à 130 cm.

A partir du 7 février, les chutes de neige sont fréquentes et les conditions d’enneigement s’améliorent rapidement. Fin février, il est possible de skier exceptionnellement dès 800 m mais les quantités sont très irrégulières en altitude avec de grosses accumulations.

En mars, le manteau neigeux s’épaissit encore en altitude et il reste en fin de mois 1 m dans les stations et 3 m à 2400 m sur la Maniccia. D’avril à fin mai, des périodes chaudes et ensoleillées favorisant la fonte alternent avec des perturbations plus froides redonnant de la neige. Fin mai, l’enneigement en altitude demeure au-dessus des normales de saison avec 1,75 m à 2400 m.

Le Jura

Malgré un début d’enneigement tardif, ...

Cette saison est caractérisée par une durée de l’enneigement plus longue que la normale à toutes altitudes. Par exemple, on a dénombré vers 900 m 80 à 90 jours avec plus de 10 cm de neige au sol pour une normale de 65 jours.

Malgré de premiers flocons le 15 octobre puis quelques chutes en novembre, il faut attendre le 27 novembre, pour que la neige s’installe durablement.

Au cœur de l’hiver, l’enneigement s’épaissit rapidement début décembre avec des chutes quasiment quotidiennes pendant 10 jours parfois jusqu’en plaine. On mesure alors jusqu’à 1 m de neige vers 1200 m et 15 à 30 cm vers 600 m d’altitude. Jusqu’à fin janvier, l’enneigement se maintient au-dessus de 1000 m mais il est plus discontinu sur les premiers plateaux. A partir du 6 février, l’hiver s’installe et en fin de mois, le manteau neigeux est encore bien présent dès 500 m d’altitude; son épaisseur dépasse localement les 2 m sur les hauts massifs forestiers.

La douceur de début mars favorise la fonte, mais des chutes de neige assez fréquentes recouvrent épisodiquement le sol, parfois dès les premiers plateaux. Le manteau neigeux ne disparaît vers 1100m que le 10 avril et résiste encore sur les sommets forestiers abrités où fin avril, l’enneigement y dépasse encore largement 1 m.

Le Massif Central

Un très bon enneigement...

Cette saison bénéficie d’un très bon enneigement au-dessus de 1300 m, un peu moins régulier à basse altitude, mais souvent présent comme au Mont-Dore à 1050 m, avec 73 jours de neige du 1er octobre au 31 mars pour 307 cm de cumul.

La neige recouvre épisodiquement le sol à partir de fin octobre mais c’est fin novembre que le manteau neigeux commence à se constituer.

Durant les 3 mois d’hiver : dès le début décembre le manteau neigeux s’épaissit rapidement. Au-dessus de 1300 m, il continue à croître régulièrement pour atteindre des valeurs conséquentes fin février (1,60 m vers 1500 m). Plus bas, la neige disparaît à nouveau en fin d’année mais à partir du 10 janvier, un enneigement durable s’installe dès 1000 m (maximum de 59 cm le 25 février au Mont-Dore).

Le printemps : la neige disparaît en-dessous de 1100 m début mars puis en-dessous de 1300 m mi-avril. Mais le manteau neigeux résiste plus haut : fin avril, il reste 1 m de neige vers 1500 m. Des chutes de neige tardives tombent encore à basse altitude jusqu’en mai.

Les Vosges

Une concentration très nette de l’enneigement sur le mois de février...

Cette saison bénéficie d’une longue période d’enneigement de décembre à avril sur les sommets, mais plus irrégulier en dessous de 1000 m. La première chute de neige significative fin octobre ne résiste pas longtemps, il faut attendre fin novembre pour que la neige revienne durablement.

L’enneigement se constitue rapidement début décembre pour atteindre 1 m d’épaisseur le 11 décembre à 1200 m. Jusqu’à la fin janvier, la neige ne résiste que sur les plus hauts sommets mais les épaisseurs restent modestes ; au dessous de 1000 m, sa présence est aléatoire. Début février, un temps plus froid et régulièrement neigeux s’installe ; la neige revient et une épaisseur de 30 cm persiste à 700 m, et de 1 m à 1200 m.

Le printemps tarde à s’installer. La fonte commence début mars et fait remonter la neige vers 1000 m. Mais la fin du mois est plus froide et il neige encore à basse altitude. En avril avec le redoux, l’enneigement devient progressivement discontinu. Quelques plaques résiduelles persistent encore tout au long du mois de mai sur les falaises du Honneck.